Ce sont les Gilets Jaunes !

Toutes ces personnes vêtues d’un gilet jaune au quotidien pour les durs travaux de voirie, le nettoyage, les ordures, etc. sont enfin vues !

Depuis si longtemps éloigné des choses publiques, des décisions prises pour la cité, le peuple, celui qui se lève tôt, celui qui fait tous les jours les tâches les plus difficiles, les plus ingrates, sous-payé, mal considéré, dit stop ! Assez de ce dédain ! Assez de ce mépris ! Assez de cette prétention ! Assez de ces donneurs de leçons ! Assez de ces riches qui veulent apprendre la vie aux pauvres, comme si la richesse donnait une vision plus juste du monde, supérieure ! Bien au contraire ! La plèbe n’est pas aussi ignorante que ce que l’on veut nous faire croire !

La France a une Histoire et les gens s’en souviennent. Ils se rappellent les soulèvements contre le roi, la reine, les nobles, le clergé, les aristocrates, ceux qui se croyaient supérieurs, qui avaient des privilèges, qui étaient au-dessus des lois pour le peuple.

Le peuple, la foule haineuse et grouillante, les gueux, ont finalement un cerveau, ils s’en servent et ils le montrent. Ces siècles d’éducation nationale et populaire, cette éducation civique et morale, toutes ces leçons d’Histoire n’ont pas été vains.

Certains ont lu Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley ou 1984 de George Orwell et ne veulent pas de tels mondes.

« Tout est relatif » disait Einstein. Tout dépend de l’angle d’observation où l’on se situe. On peut penser ce qu’on veut du peuple et de la démocratie participative, la vraie démocratie en somme, celle d’Aristote et d’Épicure et non la politique vue par Platon où seule une élite détient le pouvoir (cf. aristocratie).

Quand on ne voit le monde que depuis sa Tour d’Ivoire, sous les traits de Jupiter, on a du mal à voir l’invisible, la Vérité, cette misère qu’on a longtemps cherché à cacher sous le tapis ! Ou alors, on le sait mais on ne veut surtout pas le voir.

Non, nous ne sommes plus dupes ! Nous avons d’autres attentes que les règles qui nous sont imposées, dictées par les gouvernants, les multinationales et les médias dominants. La fabrique du consentement a assez duré ! Cette minorité qui nous gouverne constitue bien une oligarchie voire une ploutocratie et non une aristocratie ! La manipulation des masses n’est pas une fatalité ! Et pourquoi la politique ne pourrait pas être enfin l’affaire de tous ?

La propagande : les cinq filtres des médias de masse

Vivre, c’est découvrir par soi-même le vrai en toute liberté.

Jiddu Krishnamurti, Le sens du bonheur

Le peuple se sent prêt à prendre les rennes du pouvoir. Il se sent prêt à reprendre son destin entre ses mains. Les maîtres continuent à donner des leçons alors qu’ils nous conduisent vers le mur. Nous ne pouvons plus nous laisser faire. Nous ne devons plus nous laisser faire ! Comme il est écrit dans l’article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de la constitution du 24 juin 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

Réfléchissons la démocratie !

A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitable les révolutions violentes.

John Fitzgerald Kennedy

Mais le peuple saura-t-il tenir le cap face à tous ces matraquages médiatiques dont il est quotidiennement victime ? Face à toutes ces nouvelles tentatives de manipulation ? Face à ces techniques qui tentent de le diviser ? Chaque individu sera-t-il capable d’avoir sa propre opinion, construite de façon autonome, basée sur des idées et des faits vérifiés. Saurons-nous nous prémunir des dérives vers l’autocratie comme cela se produit dans le film The Wall ?

Bande annonce du film Pink Floyd : The Wall

A voir en complément :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :